Prix et installation : le poêle moins cher que la cheminée

Hésitez-vous entre une cheminée et des poêles pour réchauffer votre logement ? Ce guide va vous donner quelques éclaircissements sur les avantages des seconds notamment en matière de coût. Les détails dans les lignes qui suivent.

Facile à installer

Pour mettre en place les cheminées, il faut effectuer d’importants travaux. Effectivement, cela requiert : la recherche d’un emplacement, la création d’un conduit d’évacuation, ainsi que le transport de divers matériaux. De plus, il faut demander l’intervention d’un professionnel. Certes, la construction de ce type de chauffage par soi-même est possible, mais pour assurer la qualité des résultats, faire appel à un constructeur est nécessaire. En effet, s’ajoutant au prix des équipements et des accessoires, il y a également, celui de la main-d’œuvre qui tourne autour de 600 à 8500 euros (en fonction de l’existence ou non de conduit et du type de foyer). Ces problèmes ne se posent pas pour la mise en place d’un poêle, qui est plus simple. Il ne nécessite aucune préparation particulière, sauf pour l’évacuation. Au total, les dépenses ne dépassent pas les 600 euros pour obtenir la quantité de chaleur suffisante pour le logement.

Moins cher

Comparé au prix d’une cheminée qui peut osciller entre 1000 et 5000 euros et qui s’ajoute au coût élevé d’installation, celui des poêles est plus abordable. Il dépend des performances, de la taille de la pièce à chauffer, ainsi que des divers accessoires dont il est muni. Pour le modèle à granulés, par exemple, il varie de 4000 à 6000 euros, tandis que pour celui à bois, il est de 1000 à 5000 euros. Pour les poêles basiques en fonte, le prix est encore plus accessible puisqu’il ne vaut que 400 euros. A ces avantages s’ajoute, le droit à une aide financière de la part de l’état et des fournisseurs d’énergie.

Le droit à une allocation financière

Certains fournisseurs d’énergie offrent une prime énergie qui permet de réduire les dépenses et l’État accorde également le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique. Cette seconde aide équivaut à 30% du prix de l’équipement. À titre d’information, c’est un droit accordé aux propriétaires, aux locataires ainsi qu’à toutes les personnes qui occupent une maison gratuitement. Les propriétaires bailleurs n’y ont pas accès. Son montant maximal dépend de la situation de chacun. En effet, pour les célibataires, il peut atteindre jusqu’à 8000 euros et pour les couples jusqu’à 16 000 euros (majoration possible de 400 euros par enfant à charge).

Comment faire pour trouver un bon chauffagiste ?
Quel bois de chauffage faut-il privilégier ?